barbara lanthemann

Affiches électorales, la démesure

Soit, nous sommes en campagne électorale. L’enjeu est important puisqu’il  en va de la représentation de la population valaisanne au sein du Parlement fédéral.

Un point cependant me chiffonne. A l’heure où les budgets de l’Etat cantonal et fédéral sont au régime, et où l’on sait pertinemment que les premiers touchés par cette situation sont les moins favorisés, n’y a-t-il pas quelque chose d’indécent à dépenser autant d’argent pour la publicité des candidats ?

 

Une annonce pleine page en couleur dans le Nouvelliste coûte Fr. 10'000. Une demi-page Fr. 5'000.

Faites le calcul pour les partis qui depuis trois semaines au moins publient de telles annonces… C’est juste… énorme !

 

Est-ce donc cela qui importe aux valaisannes et valaisans ? Est-ce le nombre de pages que tu remplis avec ta photo et un joli slogan qui te rend plus légitime à les représenter ? Les électrices et électeurs de ce canton choisiront-ils/elles leurs parlementaires en fonction du nombre d’affiches ?

Alors peut-être suis-je naïve ou idéaliste, je crois encore au contenu, aux valeurs que l’on défend. Je crois aux combats que l’on mène et aux idéaux que l’on soutient.

La démesure risque bien au final de fausser  le sens de la démocratie, au point de tendre un méchant croche-pattes à toutes celles et tous ceux qui partis sur une liste sans gros budget, n’ont aucune chance d’être élu-es.

Dès lors qu’on ne s’étonne pas si le parlement se retrouve déconnecté de la population, lui qui, fourni de bien nantis, ne se souciera bientôt plus des plus petits…

 

argent.jpg

 



21/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres