barbara lanthemann

Augmenter l’âge de la retraite ? Et si on en parlait.

 

Parmi les mesures envisagées et discutées au parlement dans le cadre du paquet Berset « Prévoyance 2020 », il y en a une qui me laisse plutôt songeuse…

Sans débattre trop longtemps sur le fait que les femmes gardent avec cette année de labeur en moins un levier encore indispensable pour espérer un jour obtenir ce que la loi leur garantit pourtant, une égalité salariale, cette proposition est tout bonnement… malhonnête.

Malhonnête parce qu’aucune mesure n’est prévue pour garantir aux personnes de plus de 55 ans qu’elles conserveront leur emploi malgré leur âge. Utopique, parce qu’aucune garantie ne leur est donnée que si elles devaient perdre leur emploi, elles en retrouveront un autre. Schizophrène, parce que la réalité nous démontre aujourd’hui déjà que les personnes de plus de 55 ans ont toutes les peines du monde à retrouver un emploi lorsqu’elles sont au chômage.

En juin 2015, le canton du Valais comptait 5'528 personnes au chômage. 51.9 % d’hommes et 48.1 % de femmes. Parmi elles, 23.2 % ont plus de 50 ans. Si l’on compare avec les chiffres des années précédentes, le nombre de personnes arrivées en fin de droit a clairement augmenté en 2014, à fin mai, ils étaient 149. Que se passe-t-il avec ces femmes et ces hommes une fois leur droit aux prestations terminées ? Les coûts de l’aide sociale augmentent, ce n’est là qu’un transfert de charges d’une assurance sociale à une autre.

Une fois le paquet Berset adopté, faudra-t-il s’attendre à une nouvelle augmentation ? 67 ans pour tout le monde ? Puisqu’il semble que ce soit là l’unique perspective de nos parlementaires, je crains le pire !

Qui engagera ces personnes ? Le nouvelliste publiait récemment une annonce qui cherchait un employeur acceptant d’engager un chômeur de 58 ans… Faut-il en arriver à cela pour fournir en emploi à nos parents?

Certes, la question des retraites doit trouver des réponses adéquates et réalistes. Mais niveler vers le bas un acquis social est une solution indigne d’une Suisse prolifique. Et si solidarité il doit y avoir, que l’on commence enfin à ne plus faire de cadeaux à ceux qui n’en ont pas besoin. D’autres solutions existent, encore faut-il avoir le courage de les proposer !



15/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres