barbara lanthemann

De l’obscénité en libre-service

Voilà que la toile, enfin, se réveille et dénonce une émission qui depuis longtemps déjà, avait atteint les sommets de l’obscénité. TPMP, animé par un certain Hanouna est ce genre d’émissions qui garantissent un taux d'indigence record à la minute.

 

J’avoue, ma foi, ne pas regarder cette émission. C’est le buzz sur les réseaux sociaux qui m’a conduite à visionner la dernière mouture du 19 mai dernier. Un « sketch » qui consistait à piéger un gay via une petite annonce, un entretien au téléphone entendu par des milliers d’abrutis (parce que pour que l’émission tourne, il faut bien des abrutis qui la suivent), et puis des milliers de plaintes au CSA chargé de punir l’animateur pour un comportement jugé homophobe.

 

Les fournisseurs de programmes aujourd’hui nous inondent de chaînes plus ou moins intéressantes. Malheureusement, le moins est ici en forte surreprésentation.

Le câble vomit ses flots de télé réalité, à des heures où certains enfants et ados « purgent leur peine » devant le petit écran plutôt que de froisser les pages d’un roman d'aventures, taper dans un ballon entre potes, griffonner des pages de nouvelles palpitantes, se sociabiliser en famille ou entre ami-es.

 

La TV, ça fait bien longtemps qu’elle a perdu sa vocation éducative, à moins que l’on choisisse de suivre des chaînes moins commerciales et qu’on ose, de temps en temps, se laisser voyager au gré de documentaires fascinants, qu’on essaie de penser au travers de quelques débats ou qu’on s’accorde un bon film digne de ce nom.

 

Alors qu’on se fâche aujourd’hui contre C8, chaîne de Canal+, tant mieux, mais ce n’est que le sursaut tardif de toute une société qui s’endort tranquille alors que la maison brûle.

 

Toutes les chaînes privées nous inondent de leurs émissions puantes, depuis des lustres. Là où l’on cultive les instincts primaires, l’obscénité, l’individualisme, la culture du soi, de la reine du shopping au « aventuriers » de Koh Lanta, des téléréalités où les couples se font et se défont comme mes chaussettes dans le lave-linge, et les cerveaux se disloquent en quelques petites minutes, comme un kleenex passé au séchoir.

 

Ça fait belle lurette que les programmes de nos chaînes, ou du moins, la plupart d’entre elles, auraient dû susciter la même colère que celle engendrée par Hanouna. Lui n’est en fait que le sommet de l’iceberg, flottent sous lui des centaines d’idiots inutiles qui nous abreuvent de leur sexisme, de leur mépris, de leur nullité, de leur perversité abjecte. Du cul en veux-tu en voilà, comme au supermarché en libre-service. De la vulgarité comme s’il en pleuvait. Du superficiel tant et tant qu’on finirait par croire que c’est normal, que nous sommes nés comme ça, bêtes à manger du foin, et encore... Et que dire des bécasses qui jouent ce jeu, des péteux qui y roulent leur mécanique, trop content-es de passer pour des célébrités, les Loanna et Steevy, et autres créatures nées dans la piscine de l’audimat, adulées puis démolies, dans des jeux de cirque pas moins immondes qu’à l’époque des romains.

 

Alors soit, fâchons-nous, enfin. Pas juste cette fois, parce que c’est un gay qui ramasse, parce que c’est homophobe. Mais tous les jours, et chaque fois qu’on méprisera l’être humain en l’abreuvant d’immondice intellectuelle, parce que c’est humanophobe, c’est destructeur, c’est indigne de la nature humaine !

 

Franchement, nous méritons mieux que ça ! Nous, toutes et tous, méritons mieux que ça !



22/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres