barbara lanthemann

Les soucis des uns, les soucis des autres

Le Valais est confronté à de nombreux défis dorénavant. Le tourisme doit être repensé, réinventé, en harmonie avec les besoins et les législations voulues par le peuple. Ceci demandera un effort important de tous les milieux concernés, une volonté de dialogue qui devra dépasser les querelles de clochers et les clivages politiques.

Les affaires qui secouent le canton ont laissé de profondes traces auprès de la population, la confiance en nos institutions et en l’Etat s’en trouve ébranlée, la légitimité de nos autorités est remise en question.

Les inquiétudes fondées des habitants-es du canton face à la pollution au mercure, face aux incertitudes et au manque d’informations quant à la gravité de la situation, quant aux actions entreprises pour y remédier dans les meilleurs délais, ne peuvent laisser le parlement cantonal indifférent.

Et pourtant. Ce même parlement n’a pas daigné exiger une session extraordinaire pour traiter de la question. Attendons, disent-ils, les résultats de l’enquête… Les députés PDC du Haut-Valais ont refusé en bloc cette session extraordinaire. Surprenant… ou pas tant que ça au final, quand on connait le trouillomètre des élus face à la toute puissante Lonza. Apparemment, on préfère les monologues peu sérieux pour s’offusquer de la présence d’un loup qui, profitant du manque de protection des troupeaux comme recommandée, en a croqué quelques-uns au passage. Et le loup n’est du reste pas le seul à profiter de la situation, il semblerait qu’une centaine de moutons se soit volatilisée entre temps, probablement victimes d’un autre prédateur à deux pattes tout aussi alléché par l’opportunité.

Pour finir, un élu communal UDC quant à lui s’insurge de la tenue d’une Pride à Sion en 2015, année du bicentenaire. Insinuant que le tout puissant lobby homosexuel (gloups) sème la discorde au sein de la population valaisanne, le même co-président ne s’est pas le moins du monde ému de la baisse de 10% infligée au budget de l’aide sociale. Ce malgré l’intervention d’un homme de terrain, de droite, bien au fait de ce qui se passe réellement, citant les familles monoparentales, les personnes âgées, et les plus faibles revenus comme principales victimes de cette mesure anti sociale. Une société à deux vitesses, c’est bien de cela qu’il s’agit, d’un côté les bons, les bien nés, les hétéros et les suisses, de l’autre côté les mauvais, les fauchés, les homos et les étrangers. Répondez-moi, qui ici sème la discorde?

Le Valais a des soucis à se faire. De grands soucis. Plutôt que de japper contre les personnes nécessitant l’aide sociale, les loups et les homosexuel-le-s, les élu-e-s du peuple feraient bien de se pencher sur les véritables défis qui nous attendent, et répondre enfin aux questions des citoyennes et citoyens de ce canton… Au travail !



10/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres