barbara lanthemann

Mon slogan de campagne

 

 

Transparence, cohérence, intégrité

Voici en trois mots, mon slogan de campagne.

Transparence, d’abord. Quiconque s’engage pour une campagne électorale en Valais sait qu’il lui faudra trouver quelques soutiens financiers. Sans vouloir forcément des affiches personnelles grandeur nature sur tous les murs de la ville, une campagne électorale a un prix. A nous de choisir et de décider le montant que nous pourrons investir en fonction de nos propres moyens. Il est à mes yeux inconcevable que ce montant ne soit pas connu et vérifiable par les électrices et électeurs du canton. Les sommes reçues doivent être visibles, mes comptes de campagne seront transparents.. Je m’engage à confier la tenue de ces comptes à une personne externe qui sera chargée de la gestion en toute régularité. 

 

Cohérence, ensuite. Les idéaux que l’on défend ne sont pas négociables. Parfois, il faut bien l’admettre, nos avis ne sont pas forcément électoralement porteurs. Soit, c’est ainsi. Il ne s’agit pas de se présenter sur une liste pour être élue à tout prix. Il s’agit d’abord de chercher à convaincre autant de personnes que possible du bien-fondé de nos idées. Que les valeurs que nous défendons sont plus importantes que notre carrière politique ou notre ambition personnelle. Que nous ne sommes au fond que les porteurs d’eau d’une société à laquelle nous croyons. Mes opinions sont claires et connues. Je milite activement au sein d’associations de défenses des droits des personnes homosexuelles, ceci depuis des années. C’est un engagement que je poursuivrai sans faillir. Je suis une fervente adepte de la laïcité, d’un état religieusement neutre et de la liberté de croyance et de non croyance. Je suis une humaniste convaincue, et de là, une féministe déterminée à éliminer toute forme de discrimination à l’égard des femmes, que ce soit dans le monde du travail, au sein des familles ou dans l’arène politique. Les droits humains font également partie de mes préoccupations premières. Le droit au travail correctement rémunéré, le droit au logement, le droit à la dignité des personnes. La Suisse doit rester une terre d’asile pour les êtres humains persécutés dans leur pays d’origine, ce droit est précieux et a subi déjà trop d’entorses depuis quelques années. 

 

Intégrité, enfin. La politique est une discipline ardue qui exige un engagement complet si l’on souhaite réellement s’y consacrer sérieusement. Les sujets sont variés, complexes, et demandent de la part des personnes du temps et de l’énergie.  Certes, il est impossible de savoir tout sur tout et forcément, les élu-es seront amené-es à se spécialiser dans un ou plusieurs domaines précis. Cependant, il ne peut aujourd’hui plus être question d’un « job » accessoire, soyons honnêtes. Être élu-e à Berne signifie clairement s’engager pour un emploi à plein temps, et franchement, largement assez rémunéré pour en vivre confortablement.

Les dédommagements pour un-e conseiller-e national-e se montent en moyenne à Fr. 138'000.- par année, indemnités et frais compris. Ne sont pas inclus dans cette somme les « pourboires » versés par les sociétés qui choient leurs membres des comités d’administration. Il ne suffit plus aujourd’hui d’annoncer à quel groupe d’intérêt l’on appartient, ni dans quel conseil d’administration l’on siège, il faudrait aussi annoncer les montants reçus de ces lobbyistes. Et lorsqu’il y a conflit d’intérêt, savoir se récuser.

Pour ma part, je renoncerai à toute autre activité lucrative dans le cas d’une élection, tout comme je n’accepterai aucun siège dans quelque conseil d’administration que ce soit.



22/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres